Le baptême vétérinaire cureghemois, entre mythe et réalité

 

Cure

Chères étudiantes, chers étudiants,

Bonjour, 

A l’heure où sont écrites ces lignes, si tout s’est bien déroulé pour vous, vous pensez peut être déjà à préparer votre rentrée prochaine à l’Université de Liège ; dans le cas contraire, si vous avez préféré « approfondir » la matière, tous nos vœux de réussite vous accompagnent. En tout état de cause, ce courrier s’adresse à vous, futurs nouveaux arrivants en Terre Liégeoise.


Etudiants arrivant de Bruxelles, Namur et Louvain à partir de votre 4e année, vous allez, à l’instar de vos collègues Liégeois de 2e bachelier, devoir découvrir votre nouvel environnement qu’est la ville de Liège, la faculté et ses locaux, votre nouvelle promotion, les assistants et professeurs,  ainsi qu’une profession que vous ne connaissez surement pas encore assez bien. Il sera également pour vous l’heure d’opérer un choix dont toute votre vie future va dépendre à plein de niveaux différents. En effet, c’est à ce moment qu’il vous sera proposé de faire votre Baptême, et de prendre ainsi plein pieds dans la vie estudiantine vétérinaire.

Le baptême vétérinaire jouit d’une réputation qui au sein de ceux qui le connaissent n’est plus à faire mais qui dans l’opinion publique a toujours été malmenée et qui porte, souvent avec l’aide de journalistes en besoin d’écrire des articles de fictions, à croire divers préjugés faux voire totalement absurdes. Dès lors, nous voudrions remettre un peu d’ordre dans toutes ces idées afin d’éviter toutes ces rumeurs, contre-vérités et absurdités en tout genre qui circulent dans l’inconscient collectif et qui ne font que dégrader cette noble institution. Il nous semble primordial que la vérité soit rétablie.

Ces prochaines pages vont essayer de démontrer à quel point le baptême vétérinaire Cureghemois est unique en son genre et bien loin de la croyance urbaine. Cet article essaie de montrer en quoi le baptême vétérinaire Cureghemois n’est pas comparable à d’autres baptêmes ou aux bizutages à la française. Il vous permettra d’avoir un avis en concordance avec la réalité sur les différentes questions que vous pourriez vous poser à ce jour.

Contexte

Le baptême vétérinaire Cureghemois est une institution historique au sein de la guindaille en Belgique. Prenant sa source il y a près de cent ans dans le quartier de Cureghem à Anderlecht, lieu de l’ancienne école vétérinaire, le baptême Cureghemois a migré vers Liège en 1992 lors du déménagement de la faculté au Sart-Tilman. Orchestré par la Société Générale des Etudiants en Médecine Vétérinaire, comité plus que centenaire ( http://www.sgemv.be ), le baptême vétérinaire implique de nombreux autres comités et personnes dont le Comité de Baptême qui a en charge toute son organisation.

La faculté de Médecine Vétérinaire de l’Université de Liège est la seule de la fédération Wallonie-Bruxelles à offrir le cursus complet pour obtenir le grade de Docteur en Médecine Vétérinaire. C’est cette particularité qui amène depuis toujours le baptême Cureghemois à être si unique, grandiose, autant confraternel. En effet, contrairement aux baptêmes d’ailleurs, il ne permet pas de rassembler uniquement quelques personnes d’une même régionale ou d’une même faculté issu d’une université quelconque, il est le seul à permettre à TOUTE une profession d’avoir le choix de se réunir au sein d’une même fraternité vieille de plus de 100 ans. Il est le seul à donner ce point commun à toutes les générations de vétérinaires qui sont passées par ces études. Autrement dit, tous les vétérinaires qui sont passés par la faculté de Médecine Vétérinaire ont eu le choix, un jour, de faire le seul baptême vétérinaire Cureghemois. Si bien, que jusque dans les années 80, 100% des vétérinaires étaient baptisés. Aujourd’hui, après plusieurs années en baisse, le baptême vétérinaire regagne en popularité au sein des étudiants pour arriver aux alentours de 50 à 60% de baptisés selon les promotions. Pour l’année 2013, 147 nouveaux ont terminé leur baptême dont 65% de filles qui font désormais partie des plus de 600 étudiants baptisés à la faculté et des milliers de baptisés Cureghemois depuis des décennies.

Malheureusement, aujourd’hui encore et ce depuis toujours, le baptême vétérinaire est victime de nombreux détracteurs au sein de l’opinion publique. Depuis des décennies le baptême vétérinaire et ses légendes font les choux gras de la presse car le mystère, les histoires, les légendes qui tournent autour intéressent, scandalisent, révoltent la ménagère lambda et est une source annuelle de revenus pour les éditions de presse. C’est, somme toute, un honneur pour notre institution que de faire autant fantasmer l’opinion publique.

Mais pourtant, le baptême vétérinaire Cureghemois n’a rien à cacher, tout est transparent, tout est connu. Les portes sont toujours ouvertes pour ceux qui veulent venir à sa rencontre avec le simple but de le découvrir et non le conspuer. Le baptême Cureghemois est en fait simple. Peut-être trop simple finalement, nous amenant à être le personnage de nombreuses légendes urbaines le compliquant, le rendant dur, horrible, inhumain, irrespectueux, sale...

Parmi les âneries les plus savoureuses, on peut penser naturellement aux plus connues telles l’enfermement des nouveaux dans la panse d’une vache, ou encore le lancement à partir du troisième étage du nouveau ficelé à un matelas. On pensera aussi à la séquestration dans une cave ou dans une grange des jours durant sans en sortir. On entendra aussi que le baptême vétérinaire rime avec 3 semaines de tortures, d’humiliation physique ou mentale, de lavage de cerveaux.Et bien NON, le baptême vétérinaire n'est ni brutal, ni inhumain, ni discriminant. Jamais, vous n'entendrez un baptisé regretter son expérience. Ceux qui s’amusent à le dénigrer ne le connaissent pas et colportent des rumeurs qu’ils ne savent pas prouver.

Pourquoi le baptême?

Le baptême vétérinaire a une ligne de conduite et des objectifs qui le caractérisent depuis toujours. Il se veut utile pour les bleus et cela passe par les différentes composantes que l’on peut citer comme suit :

  1. Découvrir, apprendre et s’enrichir d’un folklore unique et très riche.
    1. Le folklore Cureghemois peut se définir comme l’ensemble des traditions et coutumes qui régissent le fonctionnement des différents comités et commissions ainsi que la plupart des activités organisées tout au long de l’année par ceux-ci. Tous les comités ont des traditions communes (par exemple le déroulement d’une réunion qui commence et se termine par les chants) mais chaque comité, activité ou lieu possède également ses propres traditions, ses propres règles. Habituellement transmis par voie orale, le folklore Cureghemois qui tire ses origines il y a plus de 100 ans déjà varie régulièrement suivant les générations qui sont en place dans ses comités. De par son ancienneté et le nombre élevé de ses composantes (comités, activités, lieux etc), le folklore Cureghemois est d’une richesse incroyable. Le baptême vétérinaire Cureghemois a pour objectif d’initier le bleu aux différentes facettes du folklore dont il fait partie par l’apprentissage des différents comités, de leurs traditions spécifiques, des activités qu’ils organisent

L’organisation du baptême est elle-même régie par un ensemble de traditions et règlements folkloriques qui datent de plusieurs décennies mais le baptême ne rime pas qu’avec folklore et possède d’autres objectifs comme :

    2. Permettre l’intégration du bleu dans son nouvel environnement (Belgique, Liège, université, faculté, profession vétérinaire, famille et folklore Cureghemois etc) afin qu’il soit paré directement à y vivre plusieurs années.

     3. Offrir au bleu une expérience personnelle exceptionnelle et unique en son genre qui lui permettra de se dépasser et se prouver des choses dont il ne se sentait pas capable. Dans le même genre, il permettra aussi au nouveau baptisé de se faire une expérience dans le comité et au poste qu’il lui plait.

    4. Offrir l’accès et la rencontre d’une large communauté dispersée à travers le monde et de toutes les générations liée par le même point commun : avoir effectué le baptême vétérinaire Cureghemois et partagé le même folklore.

    5. Offrir au nouveau baptisé l’accès aux nombreuses activités variées organisées tout au long de l’année.

Organisation ?

Le baptême vétérinaire Cureghemois se distingue des autres baptêmes par le fait qu’il se divise en 2 composantes. La première comprend les activités baptismales régulières proprement dites organisées par le comité de baptême. La seconde est la prise en charge du bleu en dehors de ces activités baptismales par son parrain. Pendant ces 3 semaines, le parrain a la charge entière de son bleu et devra prendre soin de lui comme si c’était son enfant. C’est-à-dire que le bleu sera hébergé, nourri, transporté, occupé par son parrain. Le parrain a pour mission de transmettre tout ce qu’il aura pu découvrir ou apprendre depuis son arrivée à Liège à son bleu. Les parrains se regroupent généralement à plusieurs avec leurs bleus durant la durée du baptême. Le bleu ne se retrouvera ainsi jamais seul mais est en permanence en groupe, permettant ainsi de créer des connaissances et des liens indéfectibles au cours du temps et des activités.

Le bleu 

Peut être bleu celui qui a réussi sa 1e année de baccalauréat en médecine vétérinaire et est inscrit au moins en 2e année de baccalauréat jusqu’en 3e année de master en médecine vétérinaire. Pourquoi seulement dès la 2? Premièrement pour limiter le nombre et deuxièmement pour s’assurer que le bleu qui terminera son baptême soit déjà lancé dans les études de médecine vétérinaire et ne portera pas le titre de baptisé Cureghemois pour ensuite abandonner ces études et en faire d’autres.

Le bleu en faisant la démarche de s’inscrire auprès de la SGEMV le premier jour du baptême accepte qu’un parrain autorisé à parrainer par la SGEMV le choisisse. Il sera alors amené à traverser les épreuves du baptême, à réussir les objectifs qui lui sont donnés, à suivre ce que son parrain lui demande. Et oui, il ne faut pas se leurrer, le baptême reste une épreuve. Bien sûr, vous passerez du temps à genoux, à chanter, faire la vaisselle ou nettoyer la voiture de votre parrain s’il vous le demande. Vous serez amené à mettre votre orgueil et votre fierté en veille comme il vous arrivera de boire des mets qui se dégustent avec sagesse ou de vous habiller des plus ridicules accoutrements. Vous vivrez pendant 3 semaines au rythme de votre parrain/marraine et devrez apprendre l’obéissance et l’humilité. Dépendant de votre parrain, vous devrez mettre votre petit confort entre parenthèse, vous fondre dans le groupe, un bleu parmi les autres, tous égaux face au folklore. Contraignant, n’est-ce pas ? Certes. La vie est remplie de choix contraignants librement consentis, comme d’avoir choisi ce métier qui vous obligera néanmoins à vous lever parfois au beau milieu de la nuit pour aller délivrer une vache ou sauver un chien accidenté.

Cela étant, être baptisé n’est pas obligatoire pour mener à bien ses études. Certains vont même jusqu’à dire que, finalement, ça ne sert à rien. C’est simplement ce qui vous fait passer du stade de consommateur d’étude à celui d’étudiant. Historiquement, le baptême est apparu pour contester le conformisme ambiant, rompre avec la morale hypocrite de la bourgeoisie bien-pensante, mettre à mal la censure et la pensée unique. Nous nous voulons les apôtres de plaisirs simples, des vertus inaltérables que sont le respect, l’entraide et la solidarité, l’unité et l’ouverture d’esprit. Derrière le folklore Cureghemois se cache l’idée que nous pouvons vivre et partager ensemble nos années d’études, en refusant la fatalité selon laquelle compte tenu de notre nombre nous ne devrions être que des individus anonymes les uns envers les autres. Le baptême est l’outil principal de ce projet, et la garantie pour vous d’une expérience humaine inoubliable et exceptionnelle.

Le parrain

Vous devez vous rendre compte qu’une telle entreprise, pour qu’elle puisse être menée à bien dans la convivialité et le respect de chacun, comporte un ensemble de règles que les étudiants voulant baptiser un autre étudiant doivent respecter à la lettre.

Etre parrain ne s’improvise pas et demande d’avoir un sens des responsabilités, une connaissance du folklore, une ouverture d’esprit et du recul sur l’expérience du baptême. Le parrain doit avoir compris le but initial du baptême pour amener son bleu au bout de l’expérience avec satisfaction. C’est sur ces critères que le parrain voulant parrainer sera autorisé à choisir un bleu. C’est pourquoi, seuls les étudiants de dernière année sont autorisés à parrainer. Pourquoi ce choix ? Cette règle est historique et permet d’avoir un parrain adulte responsable qui a plusieurs années d’expérience au sein de la faculté et connait dès lors bien mieux l’environnement dans lequel vous vivrez vos années d’études. Il aura vécu plusieurs baptêmes en tant que baptisé et aura pu en prendre de l’expérience et du recul. Ce sont donc des gens qui sont à quelques mois du diplôme, qui o­nt vu plusieurs baptêmes et connaissent parfaitement les rouages qui animent cette fantastique machine à s’amuser. Le parrain, à qui la SGEMV confie la responsabilité du bleu, mettra tout en œuvre pour l’amener à bon port dans les meilleures conditions. Les parrains auront assisté à une conférence débat sur l’histoire, le but et la philosophie du baptême, sur la sécurité, les dangers de l’excès d’alcool et d’eau, sur l’organisation générale et les consignes de sécurité. Le parrain a comme seul objectif d’amener le bleu à qui il a fait confiance au bout du baptême, le voir arrêter est un échec pour le parrain. Pour ça, il veillera à ce que son bleu réussisse tous les objectifs qui lui seront donnés, à savoir la découverte de son nouvel environnement (Liège, l’Ulg, la faculté, la profession etc), la régularisation de ses dossiers administratifs (inscription Ulg, TEC, SNCB, RCAE etc), le suivi des cours, la réussite des épreuves baptismales. Il organisera en commun avec d’autres parrains de nombreuses activités tantôt culturelles, tantôt sportives ou divertissantes en dehors des heures de cours afin de créer des rencontres avec les autres bleus, les baptisés et les docteurs. Le parrain organisera en commun avec d’autres groupes des week-ends où les mots d’ordre sont amusement, détente, rencontre, connaissance, activité entre bleus et parrains. Ces week-ends sont encouragés par la SGEMV dans le but de partager des moments en toute convivialité et rompre avec le contexte universitaire et baptismal.

La sécurité

La sécurité est la pierre angulaire de l’organisation du baptême vétérinaire Cureghemois. Toutes les activités sont organisées en prenant le moins de risque possible. Nos installations (chapiteau, électricité, salle) sont contrôlées par des organismes agréés en Wallonie (Vinçotte et CIB) et par les pompiers de Liège. Les activités sont déclarées à la commune de Liège et d’Angleur et à la Police qui nous autorisent tous sans aucuns soucis à les organiser. La SGEMV invite à suivre et offre à tous les parrains une formation de premiers secours accélérée dispensée par la Croix-Rouge pour réagir efficacement au moindre accident. La SGEMV exige que toutes les personnes conduisant une voiture avec ou sans bleus soient sobres. La responsabilité des conducteurs en cas d’accident est rappelée à chaque occasion et le non-respect de cette simple règle est sanctionné sévèrement en interne. Depuis plus de 10 ans, la SGEMV loue 2 lifts (minibus) pour toute la durée du baptême. Ces 2 véhicules, conduits par des personnes BOB, roulent continuellement pour conduire et ramener les bleus aux différentes activités en toute sécurité. De nombreux moyens matériels et financiers ainsi que bon nombre de prédispositions sont mis en œuvre pour assurer un maximum de sécurité aux bleus et baptisés à l’occasion de chaque activité.

La nudité, le sexe, les jeux à connotations sexuels ?

prohib

Fait presque unique en son genre. Le baptême vétérinaire bannit toute forme de jeux à connotations sexuels ainsi que toute nudité durant toute sa durée, aussi bien pour les filles que pour les garçons. Ainsi, si dans d’autres facs la part belle est faite aux jeux à connotations sexuelles et à l’exposition de corps nus, notre position est ferme et n’a jamais changé : AUCUNE NUDITE  ET PAS DE SEXE A CUREGHEM ! La grandeur de notre folklore n’a pas besoin de solliciter nos bas instincts pour exciter une foule de voyeurs frustrés. De même, tout rapprochement sexuel, entre bleu et baptisé ou entre bleus, est formellement INTERDIT pendant la durée du baptême. Une fois baptisé(e), libre à vous de faire des folies de votre corps, mais avant, une seule règle : PAS DE SEXE A CUREGHEM !

Le baptême en rue ? En public ? JAMAIS !

Le baptême vétérinaire se distingue également des autres baptêmes en étant l’un des seuls à ne présenter aucune activité en public, que ce soit en rue ou ailleurs. La règle est simple, que ça soit en rue, au magasin, à la faculté, dans un parc d’attraction, en soirée etc, le bleu ne devra jamais se distinguer des quidams. Cette règle une nouvelle fois historique et unique démontre encore que l’humiliation ne fait pas partie de la philosophie du baptême vétérinaire.

Combien ça coûte ? Au bleu ? Au parrain ? A la SGEMV ?

Le baptême est une manifestation mobilisant des centaines de personnes, des dizaines de milliers d’euros sont débloqués, plus d’un millier de personne sont présentes lors de la soirée du grand baptême. Mais pour le bleu, le baptême est totalement gratuit. Nouvelle chose d’unique, du jour de l’achat au moment où vous recevez votre penne, vous ne débourserez pas un seul euro. En effet, pendant les presque trois semaines du baptême, à charge de votre parrain/marraine de vous nourrir, vous loger, vous transporter, vous abreuver et vous payer les activités. Le parrain déboursera environ 300 euros par bleu pour lui permettre de vivre ces 3 semaines dans les meilleures conditions tandis que la SGEMV investira à perte environ 150 euros par bleu pour assurer le côté technico-pratique des activités baptismales. Vous multipliez ces chiffres par le nombre de bleus moyens (150) et vous vous rendrez vite compte que cette organisation demande énormément de sérieux et ne s’improvise pas.

Religion ? Maladie ? Handicap ? Animaux à charge ? Obligations familiales/sportives ou autres pendant la durée du baptême ?

Aucun problème. Le respect de vos convictions religieuses est un autre aspect qui nous tient particulièrement à cœur : personne ne vous demandera jamais de commettre un acte contraire au dogme et/ou préceptes de votre religion, quelle qu’elle soit. Si vous n’avez pas le droit de boire ou manger certains produits, aucune crainte à avoir, o­n trouvera toujours des substituts. Tout handicap trouvera une solution appropriée. Si vous pensez avoir un handicap qui vous empêchera de faire votre baptême mais que vous avez envie de tenter l’expérience, prenez contact avec le président du comité de baptême ou de la SGEMV. Ils trouveront une solution adaptée en concertation avec vous. Si vous avez des animaux à charge, des obligations familiales ou sportives, des rendez-vous ou devez rentrer chez vous pour n’importe quelle raison pendant la durée du baptême, aucun problème, il vous suffira d’en parler avec votre parrain.

Et les cours ?

Le baptême n’est pas une prise d’otage du bleu donc il est bien évident que ceux qui désirent assister à tous les cours assisteront à tous les cours. La majorité des parrains étant de toute façon en clinique tous les jours, ceux-ci ne pourront qu’encourager leurs bleus à aller aux cours. Bien sûr, de nombreuses personnes ne voient dans le baptême qu’un facteur de distraction voir d’échec supplémentaire. Assertion totalement infondée, voire ridicule : Les taux de réussite entre étudiants baptisés et non-baptisés sont équivalents voire supérieurs chez les étudiants baptisés. Si le taux de réussite peut être supérieur dans la communauté des baptisés, ça l’est grâce à l’extrême solidarité qui règnent entre eux tout au long de l’année tant par la motivation qu’ils se transmettent lorsqu’il faut passer des semaines entières à travailler en période de bloque que par l’échange des notes de cours et autres résumés plus utiles les uns que les autres. La relation privilégiée que vous aurez développée avec votre parrain et les étudiants de votre année et des années supérieures vous permettra d’aborder la session avec un maximum de cartes en main pour qu’elle se passe au mieux.

Une fois baptisé, qu’y a-t-il à faire?

Dans les autres facultés, les activités folkloriques, aussi sympathiques soient elles, se résument surtout à des manifestations festives. Bien entendu, la fête joue également un rôle très important chez nous, c’est d’ailleurs cette tendance à la fête qui est responsable d’une bonne part de notre réputation. Entre les soirées à l’Office des Cours chaque lundi, les journées à thème chaque mercredi et la Maison des Docteurs (notre bar) ouverte tous les jours de la semaine, chacun peut y trouver son compte. Mais limiter notre folklore à une succession de soirées serait commettre une erreur. En effet, une fois baptisé, vous aurez accès à la multitude de comités qui animent la vie étudiante Cureghemoise. O­n peut, entre autre, citer :

  • La SGEMV : a la lourde charge de représenter les étudiants baptisés Cureghemois dans son ensemble et organise des évènements majeurs tout au long de l’année (Vétérinexpo, gala des diplômés, conférences, soirées bacheliers etc)
  • Le Comité de baptême : organise les activités de baptême, la soirée du Boudin (revue de cours), le match de foot de mars et l’Adieu aux 3es docs fin juin
  • Les Régionales : auxquelles vous adhérez selon votre provenance géographique vous feront découvrir leur région lors de leur journée à thème, leur sortie (carnaval de Binche, journée au Luxembourg etc) et leur soirée à thème.
  • Le Choriopte : la revue des étudiants en médecine vétérinaire
  • Le Portail Vété : le site web par et pour les cureghemois où vous vous retrouvez et où, plus tard, vous retrouverez vos confrères et où vous vous informerez de l'actualité cureghemoise.
  • L’office des cours : des étudiants qui impriment bénévolement tous les syllabi pour TOUS les étudiants qu’ils soient baptisés ou non.
  • Le comité des sports : qui organise rencontres, tournois et excursions sportives (Tournoi de foot annuel à Londres et Gand)
  • Le comité photo : qui nous immortalise lors de nos différentes manifestations
  • Le comité Voyage : vous emmènera au quatre coin du monde à la fin de vos études
  • Le comité culture : qui vous entraînera dans de multiples expéditions culturelles
  • Le comité des Musicos : animera certaines de vos soirées et vous permettra d’intégrer un groupe de musique dynamique.
  • Le comité Céto-Ornitho : comme son nom l’indique vous propose excursions, conférences et autopsies de mammifères marins ainsi que la découverte de l’univers des oiseaux
  • L’UEPR (Union des Etudiants pour la Pratique Rurale) : dont le but est de promouvoir l’exercice de la médecine des animaux de rente par le biais de conférences ciblées et de sorties organisées comme par exemple un voyage au Salon International de l’Agriculture de Paris
  • La Cantine : s’occupe de la Maison des Docteurs (notre bar) ainsi que des commandes boissons de toutes les activités

Ce n’est pas moins de 120 places de tout type à prendre dans ces différents comités. Le baptême vétérinaire vous offre l’opportunité d’organiser une soirée, une conférence, un tournoi de foot, un salon, un repas, de présider une équipe, de gérer une caisse ou un carnet de compte rendu. Vous aurez l’occasion de jouer de la musique, pratiquer votre passion de la photo, faire du foot ou du volley avec nos équipes, faire passer et tester vos idées. C’est aussi ça le baptême, une grosse usine où chacun peut prendre un poste à responsabilité qui lui convient tout en pouvant faire son expérience et ses erreurs.  Bien sûr seuls les étudiants baptisés ont accès à ces différents comités. Les soirées organisées par ces différents comités sont généralement également strictement réservées aux seuls baptisés, ainsi que l’accès à La Maison des Docteurs, notre fameux bar.

Pourquoi ne pas être ouvert à tous ? Ceux qui refusent l’intégration que nous leur proposons s’excluent eux même de nos différentes activités. Cela peut paraitre quelque peu discriminant mais ne doit pas être considéré comme tel, il s’agit d’évènements privés organisés par un groupe de personne à qui il revient d’autoriser la participation ou non à un évènement. Vous n’inviterez pas toute la Belgique à votre mariage. Ceci est légitime. Cela étant dit, il est sans doute bon de rappeler que la communauté baptisée des étudiants en Médecine Vétérinaire organise diverses activités ouvertes à tous les étudiants. On peut prendre pour exemple de nombreuses conférences au cours de l’année, le salon professionnel Vétérinaire ‘Vétérinexpo’ ( http://www.veterinexpo.be ), le gala des Diplômés et bien d’autres sorties ou soirées.

Discrimination ?

Le baptême vétérinaire est fortement et souvent associé au fait qu’il inciterait à la discrimination des non-baptisés à la faculté. C’est FAUX ! Ceci n’est que fantasme de journalistes et d’autres pourfendeurs de choses qu’ils jalousent. NON la SGEMV n’encourage pas à la discrimination des non-baptisés à la faculté, elle irait même jusqu’à le condamner si cela arrivait.  En ce sens, une charte de non-discrimination à la FMV a été rédigée en 2010 et est signée électroniquement par tous les étudiants chaque année. Si vous choisissez de ne pas faire votre baptême, votre choix se respecte quoiqu’il en soit. Sachez que votre parcours universitaire se déroulera aussi bien que si le baptême n’existait pas. Car NON le baptême vétérinaire n’entrave pas le bon déroulement des études de ceux qui choisissent de ne pas le faire. JAMAIS l’accès au cours ou aux notes de cours, à la cafeteria ou autres n’est entravé à qui que ce soit. Le baptême vétérinaire est bien plus fructueux pour ceux qui le font pour qu’on en vienne à devoir nuire aux autres. Vous vous privez simplement des bénéfices que le baptême pourrait vous apporter. A noter que vous avez l’occasion de vous y présenter chaque année tant que vous êtes étudiant. Il n’est jamais trop tard pour réparer ses erreurs. A bon entendeur..

** Point sur les faits de septembre 2013 **

Comme déjà exprimé plus haut, le parrain a la charge de son bleu en dehors des activités baptismales. C’est pourquoi, il est de coutume que des groupes de parrains et bleus se rejoignent durant les week-ends afin de passer du bon temps à travers diverses activités (on peut citer la descente de la Lesse en kayak, Walibi, Pairi Daiza, le lac de l’eau d’heure etc) dans un contexte extra-universitaire et extra-baptismale. Ces activités sont encouragées par la SGEMV à condition qu’elles s’inscrivent bien dans un cadre purement didactique et bon enfant et qu’elles servent à partager des bons moments tous ensemble mais la SGEMV et le comité de baptême ne sont nullement responsables de l’organisation et des faits qui s’y déroulent. Malheureusement, en septembre 2013, une personne a dû être hospitalisée suite à une trop grande consommation d’eau lors d’une soirée d’un week-end, elle a dû être plongée dans le coma artificiel durant une douzaine d’heures avant d’être réveillée et récupérer toutes ses capacités durant les jours qui ont suivi. Elle n’a donc aucune séquelle et a réussi son 2e baccalauréat en 1e session en juin dernier. Ces faits ont dès le début été fortement condamné par la SGEMV et le comité de baptême car il n’entre aucunement dans la philosophie que l’organisation fait passer aux parrains. A l’heure actuelle, cette personne fait désormais partie de la famille des baptisés depuis la semaine suivant la fin du baptême. Le parquet de Marche-en-Famenne a ouvert une enquête pour faire la lumière sur ces faits mais ni la SGEMV, ni le comité de baptême, ni l’organisation du baptême et des activités baptismales ne sont remis en cause par la justice. C’est pourquoi, nous vous invitons à avoir une approche critique sur les faits relayés par les médias et à bien distinguer la philosophie du baptême vétérinaire Cureghemois prônés depuis des décennies de l’accident malheureux qui s’est déroulé en septembre 2013 suite à l’irresponsabilité de quelques personnes. 

Pour résumer ces quelques pages, retenez que le baptême vétérinaire Cureghemois est simple et à la portée de tous. Il est une occasion unique de vous intégrer parfaitement dans votre nouvel environnement, de faire partie d’une communauté qui regroupe plus de la moitié de vos futurs confrères, d’avoir accès à une vie extra-universitaire large et variée et de vous prouver des choses que vous ne vous sentiez pas capable de faire auparavant. Le baptême vétérinaire Cureghemois dure 3 semaines durant lesquels vous participerez aux activités baptismales ainsi qu’à la vie en communauté avec votre parrain et les bleus de votre groupe. Le baptême bannit toute forme d’harcèlement, de discrimination et d’humiliation que ce soit. Il vous fera tomber vos masques, vous rangerez votre timidité ou mépris de l’autre, vous serez obligé de découvrir votre voisin. Vous vous alignerez sur les autres, dépasserez les limites de vos faiblesses et vous trouverez des ressources que vous ne soupçonniez pas en vous. De plus, le baptême n’influencera pas négativement vos études, est totalement gratuit et accessible à tout le monde. Toute l’organisation met tout en œuvre pour assurer un maximum de sécurité à tous.

www

Vous, étudiant en Médecine Vétérinaire avez l’unique chance de participer à une expérience qu’aucun qui est passé par là n’a un jour regretté et ce depuis des décennies. Vous avez l’occasion de faire partie de la plus grande communauté de baptisés existante (près de 600 étudiants présents à la faculté et des milliers de Docteurs diplômés à travers la Belgique, la France et bien plus loin encore), de faire vivre et perdurer un folklore riche et unique. Saisissez cette chance !

Nous comptons sur vous et vous donnons rendez-vous ce lundi 15 septembre 2014 après-midi pour commencer l’aventure avec nous. Si l’on suit la courbe ascendante de ces dernières années, on peut espérer que vous serez peut-être près de 200 à nous rejoindre toute année confondue. Imaginez un instant ce que c’est que de vivre et partager la même chose que 200 autres amis pendant 3 semaines ! 3 semaines pour une vie de bonheur !

Si vous souhaitez obtenir des informations complémentaires, que vous désirez des éclaircissements ou avez des questions diverses concernant le déroulement des évènements, n’hésitez pas à nous contacter à tout moment :  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 0499/12.33.19. ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  0499/12.33.16.

De plus, tous les cureghemois sont ouverts et vous pouvez sans aucun souci aller leur parler pour avoir une autre approche de la situation. On le répète, le baptême Cureghemois se veut simple et accessible à tous. On vous attends !

En espérant vous voir nombreux, bonnes vacances et bonne reprise.

Ch. Heymans, président de la SGEMV 2014 ( www.sgemv.be )

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

0499/12.33.16.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.